LES PERSONNAGES - LES EMBELLIES
PASCAL.jpg

L’Homme Qui-a-le-temps
 

Il fait partie du paysage, regarde passer les choses et les gens avec empathie pour chacun d’eux. Il aime les cartes postales, en écrit,

en envoie, en collectionne. Comme si la carte postale c’était déjà

un voyage en soi, pour soi. Peut-être a-t-il décidé d’arrêter de courir, peut-être a-t-il dû s’y résoudre. Il sait faire sauter les crêpes.

Embellies EP2Pascal Métot
00:00 / 07:36
Épisode 2 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Pascal Métot 

Pascal Métot :

Normand robuste et électrique, Pascal Métot a été charcutier traiteur et champion de javelot avant de se consacrer entièrement à sa vraie vocation, le théâtre. Le rapprochement est moins incongru qu’il n’y paraît. Les qualités de l’athlète ne rejoignent-elles pas les exigences du comédien : savoir allier l’instinct et la technique, la force et la précision, la puissance et la finesse ? C’est un ouragan calme, un ogre délicat ; il est capable de faire peur et de faire rire dans la même seconde. On ignore ce qui est le plus étonnant chez lui, la grosseur de ses biceps ou la tendresse de son sourire. Il se forme à partir de 1989 auprès de la Cie Air à Dire de Geneviève Guyon et au travail de clowns avec Carina Bonan. Il interprète différents rôles du répertoire contemporain avec José Manuel Cano Lopez, Pierre Gaudin, Emmanuel Billy, Françoise Caillard-Rousseau. En 2010, Pascal développe son jeu devant la caméra avec Antoine Chaccard et Olivier Ducastel et enchaine des rôles télévisés. Il travaille aussi en tant qu’artiste de rue dans plusieurs festivals comme Viva Cité, Namur, Chalon… avec les Cies de l’Escouade ou Air à Dire. Il joue régulièrement dans les créations des compagnies José Manuel Cano Lopez à Tours ou Métro Mouvance – L’Ouvrage à Thouars (Traverses, Le Grand Troupeau)

 
---PASCAL MÉTOT : L’HOMME QUI-A-LE-TEMPS---

La Jeune Femme : Qui-ne-sait-pas-bien-quoi-faire-

de-sa-vie

Elle débarque et ne connaît pas les autres. Elle a peut-être tout pour faire sa vie mais n’a pas encore décidé quoi en faire, quelle place occuper. Elle s’interroge surtout sur le sens à lui donner, parfois avec bonheur et parfois sans. Elle écrit des courriers aux administrations comme on envoie des signaux dans l’espace. Elle n’a pas encore vu que le chemin se fait, même en restant sur place.

MATHILDE.jpg
Embellies EP5Mathilde Ulmer
00:00 / 11:13
Épisode 5 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Mathilde ulmer 

Mathilde Ulmer :

A huit ans, elle découvre Marilyn Monroe, qu’elle trouve drôle et fragile, en même temps que le clown, tout aussi drôle et fragile. Depuis, ce cocktail comique-décalée-sensible est sa marque de fabrique, grâce à laquelle, après une formation au conservatoire du XXème arrondissement de Paris et une licence en Arts du spectacle à la Sorbonne nouvelle, elle entre à l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Depuis 2010, on l’appelle au théâtre comme à l’image (TV, cinéma, publicité, web série), à la radio comme en post-synchro (de la voix off à l’animation). Elle chante dans Anima Vulcana, duo piano-voix jazz-soul avec Jessica Rock. Elle a aussi écrit deux web séries et six pièces de théâtre, dont Le château de sable sur les violences familiales, commande de la compagnie Du Mauvais Genre, en tournée depuis 2015. Aujourd’hui à Paris, elle dirige actuellement la Compagnie BLAST avec Arthur Guézennec, dans le haut Poitou, où elle écrit des spectacles et monte le festival des Lectures d’hiver. Elle joue dans Sherlock Holmes de Christophe Delort depuis novembre 2017 au théâtre du Gymnase, puis au Splendide et au festival d’Avignon off 2018.

---MATHILDE ULMER : LA JEUNE FEMME QUI-NE-SAIT-PAS-BIEN-QUOI-FAIRE-DE-SA-VIE---
 
BENJAMIN.jpg

Le Professeur

C’est un homme discret, réservé, élégant. Clown involontaire aussi, par ses maladresses et ses hésitations. Il n’est peut-être pas professeur, mais c’est un sachant aux yeux des autres parce que son langage est savant. Peut-être a-t-il choisi d’arrêter de travailler, reconversion vers un bonheur personnel ou foudroyé par un burn-out qui l’a poussé à tout arrêter. Ou peut-être travaille vraiment – mais un métier étrange comme écrivain ou poète.

Embellies EP6Benjamin Savarit
00:00 / 06:59
Épisode 6 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Benjamin Savarit 

Benjamin Savarit :

Issu de l’improvisation théâtrale, Benjamin Savarit a travaillé dans des créations contemporaines au sein de la Compagnie Infrarouge (La Piscine, Le Gymnase ) et de la Clique d’Arsène (Contes d’un temps qui ment). Parallèlement, il travaille dans des compagnies de théâtre de rue comme La Baleine Cargo, Les Humains gauches ou encore la Compagnie Jacqueline Cambouis. En 2018, il joue dans des adaptations des petites pièces de Tchekhov dans le spectacle Tchekhov à la carte, mis en scène par Dorothée Sornique, pour la compagnie La Base.

 
--- BENJAMIN  SAVARIT :  LE  PROFESSEUR ---

La vieille dame qui marche

C’est une vieille personne, une vieillesse en soi, mais elle marche encore et c’est sans doute ce qui la tient. Elle passe régulièrement parce que c’est sur son trajet. C’est un personnage en forme d’aiguille d’horloge, qui ponctue le temps, en rappelle l’échéance. Quand elle parle, ses paroles ont du poids parce qu’on serait tenté d’en tirer un enseignement, une sagesse. Pourtant, si tout va bien, elle repasse demain.

MARIE.jpg
Embellies EP1Marie ragu
00:00 / 07:31
Épisode 1 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Marie Ragu 

Marie Ragu :

Marie découvre sa vocation à 15 ans en jouant On ne badine pas avec l’amour mis en scène par Alain Bézu. Formée au Conservatoire d’art dramatique de Rouen auprès de Jean Chevrin et à l’université de théâtre Paris VIII, pratique l’actor studio auprès d’Edgarco Lusi et poursuit sa formation auprès de Sophie Loukachevski, Philippe Hottier, Clémentine Yelnick, Carina Bonan, Pipo del Bono, Geneviève de Kermabon, Gaspare Leclère, Marie-Ange Cousin (l’acteur, le clown, le boniment, le grand guignol, la voix, le chant). A partir de 1986, elle joue Shakespeare, Ostrowski, Cendrars, Colette, et des contemporains : Barker, Lagarce, Minyana, Durif, Patrick Lerch, Alan Bennet, Sergie Belbel, Jon Fosse, Marguerite Duras auprès des Cies Métro Mouvance, Théâtre de la Canaille, Cie Air à Dire, Caliband Théâtre, Le théâtre du Petit porche, Ephéméride théâtre, Cie Via Expressa ainsi que Makitouch et cies et la Cie des grandes z’oreilles pour un répertoire jeune public.

Depuis 1989 elle explore régulièrement la poésie lue, jouée, mise en scène dans le cadre notamment des Rencontres poésies du Centre Marc Sangnier à Mont-st-Aignan, des Gueuloirs du Passe-Théâtre, et au sein de la Cie Métro Mouvance et de l’association La Rime au noir (Rouen) : Joyce Mansour, Yves Barbier, Gaspara Stampa, Rimbaud, Hugo, Svetlana Alexievitch, Talisma Nasreen, Assia Djebar, Franck Venaille, Edmond Rostand… Elle rejoint en 2000 Le Safran collectif d’artistes à Rouen où elle crée et écrit plusieurs duos et solos : Les baraguchas, Chez Mme Li an Shu, La cérémonie de Bonté ; elle y participe aux Kabarets Buffon et aux créations collectives : La foire de poche, Le cabaret Cossimon, Pique assiette, 11 plasticiens à l’abbaye de Fontaine Guérard.

De 2003 à 2011, elle assiste et joue dans les créations théâtrales de l’ensemble instrumental Octoplus dirigé par Sylvain Baudry. Parallèlement elle interprète et assiste à la mise en scène les créations écrites et dirigées par Nicolas Ragu au sein du Théâtre du chariot.

Depuis 2007, elle mène une réflexion autour du tableau en tant qu’outil scénographique et dramaturgique et crée des formes théâtrales croisant le champ plastique et l’objet, l’ombre et la marionnette, la littérature et la poésie (Regatop emmohl inversement nommé l’homme potager d’après Arcimboldo, La balançoire ou l’éloge de l’instantané d’après Renoir et Zola, La dentellière d’après Vermeer, Jocondescendance d’après Vinci, Dorian Gray, portrait … )

Elle mène également des ateliers avec des enfants et adolescents handicapés mentaux dans la région de Bordeaux.

--- MARIE  RAGU : LA VIEILLE  DAME  QUI  MARCHE ---
 
ARNAULT.jpg

Le Garçon

Personnage muet et comique, c’est un musicien volubile qui s’exprime par les sons, le bruitage, et la musique de son piano. Il travaille. Il nettoie, il range, il déplace – parfois des choses incongrues. Il apporte aux autres des verres de couleurs vives qu’ils n’ont pas demandés. Il n’est pas absent à ce qui se passe, mais il semble vouloir conserver un certain détachement.

Embellies EP4Arnaud Frémont
00:00 / 06:43
Épisode 4 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Arnaud Frémont
Diffusion sur Radio Val d'Or le 14 décembre 2018

Arnaud Frémont :

Arnaud Frémont commence le théâtre en 1993 au sein de l’atelier de la cie C’est la nuit, dirigé par Françoise Roche, à Reims. Il continue sa formation à la Comédie de Reims dirigée par Christian Schiaretti, de 1995 à 1998, puis joue sous la direction de ce dernier. Il travaille avec Pascal Adam (cie C’est la nuit) sur une dizaine de créations entre 1996 et 2011. Il rejoint en 2009 la cie Métro Mouvance pour jouer Sganarelle dans Dom Juan sous la direction de Dominique Terrier et de Fatima Soualhia-Manet. En 2014, il joue dans Goldoni, de Laure Bonnet, avec le Centre Dramatique National Poitou-Charentes, sous la direction de Thomas Condemine. Avec la cie La Base il joue en 2015 dans Au but de Thomas Bernhard, et en 2018 dans les Tchekhov à la carte, mis en scène par Dorothée Sornique. Il participe à la plupart des créations de la Compagnie Ka (Besançon) depuis 2005, sous la direction de Catherine Hugot. Parallèlement, il s’aventure sur les chemins de la chanson en montant le groupe “Monsieur Frémont”, grâce à l’enthousiasme du batteur Roland Bourbon, du guitariste Eric Proud et de l’altiste Emmanuelle Bouriaud. En 2016, le lien se tisse avec Laure Bonnet, il joue sous sa direction et sous sa plume dans Œuvrer, spectacle produit par Les Tréteaux de France, et c’est tout naturellement qu’il crée avec elle la compagnie Les Bienveillantes. Les Embellies est le troisième spectacle qu’il aborde avec Alice Geairon et L’Ouvrage.

 
--- ARNAUD  FRÉMONT :  LE  GARÇON ---

La Femme Soucieuse-de-bien-faire
 

Elle pourrait être plus douée que les autres pour pour profiter de la vie parce qu’elle a tout lu sur le sujet mais elle ne sait pas être inactive. Dans son souci de bien faire, elle occulte le sentiment de culpabilité des femmes éduquées dans l’habitude de devoir se sacrifier pour les autres. D’ailleurs elle tient des listes pour ne rien oublier de sa tâche. Sa joie, son agitation et sa disponibilité aux autres sont aussi touchantes que la retenue de son mal-être.

SANDRINE.jpg
Embellies EP3Sandrine Bourreau
00:00 / 07:52
Épisode 3 de notre feuilleton radiophonique "Les Embellies journal de création sonore", avec Sandrine Bourreau
Diffusion sur Radio Val d'Or le 14 décembre 2018

Sandrine Bourreau :

Sandrine est formée très jeune au théâtre par sa pratique avec le Théâtre du Bocage (JP Billecocq), le Théâtre Poitou-Charentes (JL Hourdin) puis par l’exigence des professeurs russes de l’école du GITIS, à l’Institut international de l’acteur à Lectoure en 93-94. C’est lors d’un stage en 96 au Nombril du Monde qu’elle crée son personnage de Claudette Fuzeau. Sandrine portera son clown aussi bien en festivals (Nombril du Monde, Très Grand Conseil Mondial des clowns), ou dans des projets croisés avec le patrimoine que dans ses spectacles seule en scène : La Croisade du bonheur (en tournée depuis 1997), Claudette et les Femmes d’aujourd’hui (création 2013, Avignon 2014 et 2015). Complice de Titus, de Calixte de Nigremont, elle s’accompagne aussi d’Anne Marcel, Philippe Nicolle, Pierre Leriq, Vincent Dubois, joue pour la Cie Opus, Les Vernisseurs, dans Village Toxique de Nicolas Bonneau, … Elle a également été membre consultante pour le Chainon manquant de 2000 à 2003.

Elle met le personnage de Claudette au service de projets mêlant théâtre et ressources humaines en devenant

« thérapeute d’entreprises », créant des évènements pour et avec les salariés. Lors d’interventions sur mesure elle défend la parole des petites gens à travers son clown, s’attaquant à la question des femmes battues , de la pauvreté ou des souffrance de l’accompagnement social. En 18/19 Sandrine intègre l’équipe des Embellies, et sera dirigée dans un nouveau solo, 14 millimètres, écrit et mis en scène par Loïc Rojouan.

--- SANDRINE BOURREAU : LA FEMME SOUCIEUSE-DE-BIEN-FAIRE ---